De Grillo à Di Maio, la mue du Mouvement 5 étoiles

Par Beniamino Morante

Fini, l’ère de la contestation permanente... En vue des législatives du 4 mars en Italie, le mouvement lancé par Beppe Grillo s’est présenté comme responsable et rassurant. Un changement parfaitement incarné par son nouveau leader, Luigi Di Maio.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est une déclaration tiède, presque banale, et pourtant, elle a rapidement fait le tour du pays. Nous sommes le 6 février 2018 et Luigi Di Maio est invité à parler dans une université romaine : « L’Union européenne, c’est la maison naturelle de notre pays, mais aussi du Mouvement 5 étoiles. L’Union européenne, c’est le giron naturel dans lequel l’Italie doit continuer à développer ses relations économiques et politiques. » Jadis farouchement opposé aux “technocrates” de Bruxelles, le Mouvement 5 étoiles (M5S) se découvre donc européiste. C’est une des nouveautés apportées par Luigi Di Maio qui, pour se donner une chance de remporter les élections, a décidé de jouer la carte de la normalisation.