Législatives: une Italie ingouvernable?

Appelés aux urnes le 4 mars 2018, pour élire les 630 députés de la Chambre, et 315 des 320 membres du Sénat, pour un mandat de cinq ans, les Italiens ont placé en tête le Mouvement Cinq Étoiles et l’extrême droite de la Ligue du Nord devant son partenaire de coalition, Forza Italia. Retrouvez nos enquêtes, entretiens et reportages.

Un exécutif italien consternant… tout comme le système qui l’a produit

Par

Après des rebondissements, une coalition Ligue-M5S s’est formée en Italie. Les partis traditionnels, italiens comme européens, ne sont pas étrangers à ce résultat. Leur indignation ne portait pas sur la coloration xénophobe du nouvel exécutif, mais uniquement sur son programme économique.

La Ligue, un parti qui «banalise la rhétorique d’extrême droite»

Par
Matteo Salvini pendant les discussions pour la formation d'un gouvernement, le 7 mai 2018. Avec ses deux partenaires des élections du 4 mars : Giorgia Meloni, dirigeante de l'autre parti d'extrême droite Fratelli d'Italia, et Silvio Berlusconi, pour Forza Italia © Reuters Matteo Salvini pendant les discussions pour la formation d'un gouvernement, le 7 mai 2018. Avec ses deux partenaires des élections du 4 mars : Giorgia Meloni, dirigeante de l'autre parti d'extrême droite Fratelli d'Italia, et Silvio Berlusconi, pour Forza Italia © Reuters

Pour la première fois de son histoire, l’extrême droite arrive en position de force à la tête de l’Italie : la Ligue de Matteo Salvini est au cœur du gouvernement formé avec le Mouvement Cinq Étoiles. Une évolution qui parachève une transformation de l’ancien parti nordiste, entamée il y a cinq ans.

La crise italienne est aussi celle de l’Europe

Le président italien Sergio Mattarella, dimanche 27 mai 2018, à Rome. © Reuters / Alessandro Bianchi Le président italien Sergio Mattarella, dimanche 27 mai 2018, à Rome. © Reuters / Alessandro Bianchi

La crise politique italienne résonne avec une longue histoire de passages en force antidémocratiques dans l’UE. Comment tenir ensemble le rejet clair de l’extrême droite et celui des politiques ou des mesures technocratiques qui lui pavent la voie ?

Le duel Cottarelli-Savona, signe de la division des élites économiques

Par

En refusant la nomination aux finances de Paolo Savona et en proposant de nommer Carlo Cottarelli à la présidence du Conseil, le président italien a mis au jour la vive division des élites économiques sur l’euro.

Avec l’Italie, la crise de l’euro se rappelle au souvenir des dirigeants européens

Par
Au plus haut depuis la crise de 2011. © Bloomberg Au plus haut depuis la crise de 2011. © Bloomberg

La crise politique italienne est en train de se transformer en déroute financière. Le brouillard entretenu par la politique monétaire ultra-accommodante de la BCE se dissipe. La crise de l’euro, masquée pendant un temps, revient sur le devant de la scène. Les responsables européens se retrouvent face à l’échec de leur gestion accablante des dix dernières années.

En Italie, un ancien du FMI appelé à la rescousse

Par
Carlo Cottarelli, le 28 mai 2018. © Reuters Carlo Cottarelli, le 28 mai 2018. © Reuters

Les négociations pour la formation d’un gouvernement Ligue-M5S ont finalement échoué. Le président italien Sergio Mattarella a refusé le ministre des finances proposé par les deux partis, Paolo Savona, et prépare un gouvernement technique.

De quoi l’exclusion des francs-maçons en Italie est-elle le signe?

Par Nicolas Lebourg

Les francs-maçons interdits d’accès au gouvernement italien ? C’est l’une des clauses du contrat de gouvernement M5S-Ligue. Une stigmatisation qui s’explique par le rôle de la maçonnerie dans la construction de l’État italien, et qui en dit long sur le succès de la démocratie illibérale en Europe.

Italie: un contrat de gouvernement qui ménage la chèvre contre le chou

Par
Luigi Di Maio s'adresse aux militants du M5S, le mardi 6 mars à Pomigliano d'Arco, près de Naples. © Reuters Luigi Di Maio s'adresse aux militants du M5S, le mardi 6 mars à Pomigliano d'Arco, près de Naples. © Reuters

L'Italie devrait bientôt avoir un nouveau premier ministre, sous réserve qu'il soit accepté par le président. Mediapart a lu dans le détail le « contrat de gouvernement » scellé par la Ligue et les Cinq Étoiles. Un ensemble de mesures souvent contradictoires, où peinent à ressortir les promesses initiales du mouvement arrivé en tête des législatives. Sans aucune donnée sur leur financement.

Italie: un novice en politique pour former le gouvernement

Par
Giuseppe Conte, mercredi 23 mai, pendant sa déclaration à la presse après sa rencontre avec le président. © Reuters Giuseppe Conte, mercredi 23 mai, pendant sa déclaration à la presse après sa rencontre avec le président. © Reuters

Le président italien Sergio Mattarella a confié mercredi soir à Giuseppe Conte la tâche de former le nouveau gouvernement. Un homme au profil atypique, qui devra chapeauter l’alliance entre l’extrême droite de la Ligue et le mouvement antisystème des Cinq Étoiles.

Sur le point de gouverner avec l’extrême droite, les Cinq Etoiles en plein trouble

Par
Luigi di Maio avec d'autres parlementaires du M5S, élus aux législatives du 4 mars 2018. © Reuters Luigi di Maio avec d'autres parlementaires du M5S, élus aux législatives du 4 mars 2018. © Reuters

Le Mouvement Cinq Étoiles semble prêt à toutes les contorsions pour arriver au pouvoir. Arrivé en tête des élections du 4 mars avec près de 33 % des voix, il tente depuis une dizaine de jours de former une coalition avec la Ligue. Au risque de faire fuir ses électeurs de gauche.

Sandro Gozi: la place du Parti démocrate italien est «dans l’opposition»

Par
À Rome, le 22 mars 2018. © Reuters À Rome, le 22 mars 2018. © Reuters

Le nouveau parlement italien se réunit le 23 mars. En jeu : la présidence de la Chambre des députés et du Sénat, que la droite et le Mouvement Cinq Étoiles cherchent à se répartir. L’inconnue reste la formation du prochain gouvernement.

Les leçons du scrutin italien

Vidéo dans l'article Vidéo dans l'article

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

Les partis protestataires emportent l’Italie

Par
Matteo Salvini, leader de la Ligue du Nord, dimanche à Milan. © Reuters Matteo Salvini, leader de la Ligue du Nord, dimanche à Milan. © Reuters

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives, et l’extrême droite de la Ligue du Nord dépasse son partenaire de coalition, Forza Italia. Aucune majorité claire ne se dessine.

«Le Mouvement Cinq Etoiles est un mouvement antinéolibéral»

Par
Luigi Di Maio s'adresse aux militants du M5S, le mardi 6 mars à Pomigliano d'Arco, près de Naples. © Reuters Luigi Di Maio s'adresse aux militants du M5S, le mardi 6 mars à Pomigliano d'Arco, près de Naples. © Reuters

Avec près de 33 % des voix, le Mouvement Cinq Étoiles est arrivé en tête des élections législatives italiennes, dimanche 4 mars. C’est une erreur de vouloir le classer à droite, explique à Mediapart le jeune chercheur Fabrizio Li Vigni.

En Italie, des programmes politiques très à droite

Par
Affiche électorale du PD, dans la ville de Gênes. © Amélie Poinssot Affiche électorale du PD, dans la ville de Gênes. © Amélie Poinssot

Petite revue des programmes des principaux partis en lice pour les élections législatives italiennes de dimanche, autour de trois points clés : l’Europe, la politique fiscale, la question migratoire.

Femmes politiques en Italie, le parcours des combattantes

Par
Une candidate du parti de gauche Potere al Popolo fait campagne à Gênes © Amélie Poinssot Une candidate du parti de gauche Potere al Popolo fait campagne à Gênes © Amélie Poinssot

Les leaders des cinq principaux partis de la campagne électorale italienne sont des hommes. Le Parlement sortant compte à peine un tiers de femmes. Et les législatives du 4 mars risquent de conforter un pouvoir très masculin.

Mélenchon mise sur la gauche radicale italienne

Par
Distribution de tracts d'une militante de Potere al Popolo!, à Gênes en février 2018. © Amélie Poinssot. Distribution de tracts d'une militante de Potere al Popolo!, à Gênes en février 2018. © Amélie Poinssot.

Potere al Popolo! est une coalition de mouvements sociaux et de petits partis de gauche née de la mobilisation d'un centre social à Naples. Elle devrait réaliser un score confidentiel aux législatives, ce dimanche 4 mars. Mais elle a pu compter sur un soutien de poids pendant sa campagne : Jean-Luc Mélenchon. Explications.

A Gênes, pour comprendre l'affaissement du Parti démocrate

Par
Distribution de tracts à la sortie de l'usine de Ficantieri, dans les quartiers ouest © AP Distribution de tracts à la sortie de l'usine de Ficantieri, dans les quartiers ouest © AP

À Gênes, ultradroite et néofascistes tentent de faire une percée sur fond d’abstention grandissante. Mais les collectifs citoyens se ressaisissent. Une semaine avant les élections législatives italiennes, reportage dans une ville considérée par beaucoup comme un laboratoire politique.

De Grillo à Di Maio, la mue du Mouvement 5 étoiles

Par Beniamino Morante
Luigi Di Maio sur un plateau de télévision le 28 janvier 2018. © Remo Casilli / Reuters. Luigi Di Maio sur un plateau de télévision le 28 janvier 2018. © Remo Casilli / Reuters.

Fini, l’ère de la contestation permanente... En vue des législatives du 4 mars en Italie, le mouvement lancé par Beppe Grillo s’est présenté comme responsable et rassurant. Un changement parfaitement incarné par son nouveau leader, Luigi Di Maio.

A Caserte, la Ligue du Nord à la conquête du Sud

Par Beniamino Morante
Au théâtre San Marco de Caserte, lors du meeting de Matteo Salvini, le 21 février 2018. © CasertaKeste press Au théâtre San Marco de Caserte, lors du meeting de Matteo Salvini, le 21 février 2018. © CasertaKeste press

Depuis son accession à la tête du parti en décembre 2013, Matteo Salvini a modifié les contours de son mouvement. L’agenda fédéraliste de la Ligue du Nord a été mis de côté pour faire place à un discours nationaliste et anti-immigrés, dans l’idée de s’imposer aussi dans le sud de l’Italie. Il pourrait gouverner en coalition avec la droite de Berlusconi. Reportage dans les environs de Naples.

Italie: de nouveaux espoirs à gauche

Par et
unmondeavif-10-image-attente

À l’approche des législatives du 4 mars en Italie, Mediapart a organisé un débat entre des représentants de deux nouvelles coalitions de gauche, « Libres et égaux » et « Potere al popolo ».

Italie: la coalition «Libres et égaux» veut réveiller la gauche

Par Beniamino Morante
Pietro Grasso, à la tête de la coalition "Libres et égaux" le 28 janvier à Palerme (Sicile). © Guglielmo Mangiapane / Reuters. Pietro Grasso, à la tête de la coalition "Libres et égaux" le 28 janvier à Palerme (Sicile). © Guglielmo Mangiapane / Reuters.

Depuis le 3 décembre, une nouvelle coalition électorale a vu le jour en Italie, en vue des législatives de mars. La coalition « Libres et égaux », emmenée par l’ex-président du Sénat Pietro Grasso, promet une campagne ancrée à la gauche du parti démocrate, et très axée sur le travail, en réaction au Jobs Act de leur adversaire Matteo Renzi.

Italie: une économie malade

Par
Dans les quartiers ouest de Gênes © AP Dans les quartiers ouest de Gênes © AP

Les Italiens votent dimanche pour élire leur parlement, dans un pays où la crise politique se comprend aussi par une grave situation économique. Plombée par une absence de croissance de la productivité, la péninsule s’enfonce dans une faiblesse chronique dangereuse sur le plan social. 

Côté italien, le débat sur le «TAV» s’est émoussé

Par BENIAMINO MORANTE

Plutôt absente de la campagne électorale, la question de la ligne Lyon-Turin pourrait resurgir de plus belle après le vote du 4 mars. Surtout en cas de victoire du Mouvement 5 étoiles, dont le chef de file a dit vouloir bloquer le projet.

A Macerata, l’équipée raciste d’un militant de la Ligue du Nord

Par
Capture d'écran d'une vidéo tournée chez la mère du tireur et diffusée par "La Repubblica" Capture d'écran d'une vidéo tournée chez la mère du tireur et diffusée par "La Repubblica"

Luca Traini, qui a blessé au moins six personnes noires à Macerata lors d’une attaque raciste, a affirmé avoir agi à la suite du meurtre d’une jeune femme dont est suspecté un homme d’origine nigériane. Ce jeune militant de la Ligue du Nord a défilé avec le mouvement néofasciste CasaPound.

En Italie, les néofascistes de CasaPound capitalisent sur le discours anti-migrants

Par Beniamino Morante
Simone Di Stefano, numéro deux de CasaPound, lors d'une conférence de presse le 9 novembre 2017 à Rome. © Reuters / Tony Gentile. Simone Di Stefano, numéro deux de CasaPound, lors d'une conférence de presse le 9 novembre 2017 à Rome. © Reuters / Tony Gentile.

La presse italienne en parle comme des « fascistes du troisième millénaire ». Enquête sur ce mouvement néofasciste lancé en 2003, dont le discours anti-migrants, comme les connexions mafieuses, lui ont permis d'obtenir 9 % des voix, aux dernières municipales à Ostie, dans la commune de Rome.

A Rome, l’effet 5 Etoiles est déjà retombé

Par Beniamino Morante
Virginia Raggi lors d'une émission de télévision, avec Beppe Grillo en fond d'écran derrière elle © Capture d'écran L'unita.tv Virginia Raggi lors d'une émission de télévision, avec Beppe Grillo en fond d'écran derrière elle © Capture d'écran L'unita.tv

Il y a un an et demi, l’élection de Virginia Raggi, première maire du Mouvement 5 Étoiles à gouverner la plus grande ville d’Italie, avait suscité la curiosité. Après un début de mandat très mouvementé, entre démissions en série, problèmes dans la gestion des déchets et affaires judiciaires, le bilan de son action est pour le moins mitigé.

Berlusconi se démène pour peser sur les élections de 2018

Par Beniamino Morante

La Cour européenne des droits de l’homme se penche sur le cas de l’ancien premier ministre actuellement inéligible. Au-delà de la décision des juges, le Cavaliere affûte sa stratégie pour peser sur les prochaines législatives en Italie, prévues en mars. Jusqu’à réfléchir à s’allier avec le patron de la Ligue du Nord.

En Italie, le Cavaliere ne meurt jamais

Par
Vidéo de Silvio Berlusconi après le scrutin en Sicile Vidéo de Silvio Berlusconi après le scrutin en Sicile

Il est pour l’instant inéligible, mais il revient. À quelques mois des élections législatives, Silvio Berlusconi profite de la victoire de la droite en Sicile pour se remettre en selle.

Tous les articles