Les Frères musulmans en pleine mutation

Par
Harcelées en Égypte par le pouvoir militaire, considérées comme terroristes par l’Arabie saoudite, les organisations issues des Frères musulmans tentent de nouvelles alliances, se radicalisent (en Égypte) ou se sécularisent (en Tunisie). Mais le mouvement est totalement marginalisé, laissant des militants sans perspective politique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La rupture fut remarquée : en plein marasme politique tunisien (lire ici notre dernier entretien), le parti Ennahda tenait congrès entre les 20 et 22 mai. L’organisation y a entériné un choix stratégique fort : centrer le parti sur son activité politique, au détriment de son activité de prédication, et même « sortir de l’islam politique », comme son dirigeant Rached Ghannouchi l’a annoncé par la suite dans un entretien au quotidien Le Monde.