Helmut Kohl, sa «fille» et son héritage

Par

En 2000, Angela Merkel sauvait la CDU, noyée dans le « scandale des caisses noires », en « tuant » son père politique Helmut Kohl. À la mort de ce dernier, la chancelière doit encore prouver qu’elle est digne de l’héritage européen, pas forcément solide, que lui a laissé le chancelier de la réunification allemande.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Berlin (Allemagne), de notre correspondant.-  C’est entre l’aéroport de Rome et le Vatican, sur le chemin qui la menait au Saint Père, que la chancelière allemande a reçu la nouvelle du décès du chancelier de la réunification, Helmut Kohl. Arrivée à l’église du cimetière teutonique, à l’intérieur de la Cité du Vatican, la chancelière allemande a d’abord refusé de prendre la parole : « Laissez-moi un moment, j’ai besoin de calme », a-t-elle glissé aux représentants des médias.