Après Charlottesville, la présidence Trump est lâchée de toutes parts

Depuis ses propos justifiant les actions néonazies à Charlottesville, Donald Trump voit ses rares soutiens l’abandonner. Un à un, les républicains prennent leur distance avec la présidence. De leur côté, les grands patrons le lâchent, marquant une rupture entre le monde des affaires et la Maison Blanche.

Philippe Coste

17 août 2017 à 10h56

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

On ne se méfie jamais assez quand  Donald Trump appelle ses concitoyens « à s’unir et s’aimer mutuellement ». Dans l’heure qui a suivi la mort de Heather Heyer – une manifestante antiraciste fauchée par la voiture d’un blanc suprémaciste à Charlottesville (Virginie), le 12 août –, le tribun de l’Amérique d’abord s’est essayé un instant à des vœux pieux inédits, avant de renvoyer dos à dos les protagonistes de violences « venues de multiples côtés », jetant dans le même sac, sans même les nommer, les néonazis rassemblés pour défendre une statue du général confédéré Robert E. Lee, et les contre-manifestants déterminés à combattre leur idéologie. Deux jours plus tard, piqué au vif par l’indignation générale, Trump se résignait à démentir son relativisme moral, abandonnant sa neutralité équivoque avec une mine de gamin rabroué, pour enfin s’en prendre nommément au Ku Klux Klan, aux suprémacistes et autres Blancs nationalistes. (Voir dans l'onglet Prolonger le reportage de Vice sur les néonazis à Charlottesville pendant ces trois jours.)

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

À travers l’Afghanistan, sous les talibans — Reportage
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Climat — Reportage
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Livres — Entretien
Comment les inédits de Louis-Ferdinand Céline ont été « préservés »
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Politique — Parti pris
« Extrême gauche » à l’Assemblée : la Macronie au royaume de l’absurde
En renvoyant systématiquement la Nupes à « l’extrême gauche », la Macronie continue de banaliser l’extrême droite qui, présente en force à l’Assemblée nationale, se félicite d’avoir autant de ventriloques.
par Mathieu Dejean