Primaires: le Kentucky pour Clinton, l'Oregon pour Sanders

L'ex-secrétaire d'État américaine Hillary Clinton a remporté mardi d'une courte tête la primaire démocrate du Kentucky face à son rival Bernie Sanders, lequel s'est adjugé celle de l'Oregon, en vue de la présidentielle du 8 novembre.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Sur la base de 99 % des bulletins de vote dépouillés, l'ex-secrétaire d'État américaine obtient 46,8 % tandis que Bernie Sanders, tenant de l'aile gauche du parti démocrate, en obtient 46,3 %, selon des chiffres communiqués par la chaîne CNN. Cinquante-cinq délégués étaient en jeu dans le Kentucky. Ce scrutin serré illustre une nouvelle fois à quel point les démocrates sont divisés au fil de ce processus de primaires, qui doit aboutir à la désignation du candidat du parti à la présidentielle du 8 novembre.

Le Kentucky n'était pas considéré comme un terrain favorable à l'ex-secrétaire d'État, après la victoire de Bernie Sanders en Virginie occidentale et dans l'Indiana, deux États voisins. Le fait d'échapper dans le Kentucky à une défaite retentissante accorde un certain répit à Hillary Clinton, laquelle aspirerait maintenant à en finir avec le processus des primaires pour tourner son attention vers son très probable rival républicain, le magnat Donald Trump.

Dans l'Oregon, où 61 délégués étaient en jeu, l'écart est plus net entre les deux rivaux. Bernie Sanders est donné vainqueur avec 53 % des suffrages, contre 47 % pour Hillary Clinton, sur la base de résultats portant sur 66 % des bulletins dépouillés, rapporte CNN. Comme l'ensemble de ces délégués est adjugé à la proportionnelle dans les deux États, les résultats n'infléchiront guère la tendance observée jusque-là.

Selon un décompte provisoire avant les primaires du Kentucky et de l'Oregon, Clinton disposait de 1 716 délégués et de 524 super délégués, soit un total de 2 240 voix sur les 2 382 requises pour être assurée de la nomination lors de la convention nationale du parti démocrate, qui se tiendra à Baltimore en juillet.

Bien que ses chances de l'emporter soient infimes, Bernie Sanders, tenant de la gauche du parti démocrate, a décidé de mener campagne jusqu'au bout, entretenant une certaine inquiétude dans le camp d'Hillary Clinton.

(Reuters)

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous