A Hong Kong, «c’est le combat de la dernière chance»

Par Margot Clément

La cheffe du gouvernement de Hong Kong, Carrie Lam, a de nouveau présenté mardi ses excuses, mais n’a toujours pas annoncé l’abandon officiel du projet d’extradition vers la Chine. Cette réforme a servi de catalyseur aux colères d’une population qui est massivement descendue dans les rues.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Hong Kong, correspondance.– Pas de retrait de son projet d’extradition vers la Chine, pas de démission, pas d’amnistie pour les manifestants après les heurts de la semaine dernière. Dans sa première allocution publique depuis la manifestation historique de dimanche, la cheffe de l’exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, n’a répondu mardi à aucune des attentes de la rue.