Notre dossier : Hong Kong défie Pékin

Les habitants de l'ancienne colonie britannique se sont mobilisés contre le projet de la cheffe de l'exécutif Carrie Lam d'introduire un traité d'extradition vers la Chine. Cette dernière a fait machine arrière, mais la lutte se poursuit pour s'opposer à l'emprise croissante de Pékin sur le territoire autonome. Retrouvez tous nos articles sur cette crise.

La crise de Hong Kong attise les craintes à Taïwan

Par Alice Hérait
La présidente de Taiwan Tsai Ing-wen lors d'une conférence de presse à Port-au-Prince (Haïti), le 13 juillet 2019. © REUTERS/Andres Martinez Casares La présidente de Taiwan Tsai Ing-wen lors d'une conférence de presse à Port-au-Prince (Haïti), le 13 juillet 2019. © REUTERS/Andres Martinez Casares

La mobilisation démocratique dans l’ancienne colonie britannique a surgi dans la campagne de l’élection présidentielle taïwanaise, qui aura lieu en janvier. La présidente sortante Tsai Ing-wen, dont le Parti démocrate progressiste (DPP) soutient l’indépendance de l'île, pourrait en profiter face à son adversaire du parti nationaliste, le Kuomintang, favorable au rapprochement avec Pékin.

Hong Kong: Pékin confirme la détention d’un Taïwanais

Par

Lee Meng-chu s'était rendu à Hong Kong puis dans la ville voisine de Shenzhen fin août. Il est soupçonné de « participation à des activités criminelles mettant en danger la sécurité nationale », a déclaré mercredi 11 septembre un responsable chinois à Pékin.

Pékin dénonce la rencontre entre Joshua Wong et le ministre des affaires étrangères allemand

Par

L'une des figures du mouvement démocratique à Hong Kong, Joshua Wong, est en visite en Allemagne. Sa rencontre avec le ministre des affaires étrangères allemand Heiko Maas passe mal à Pékin.

En Chine, la fabrique de l’opinion

Par
Une affiche à la gloire de Xi Jinping, le 30 juin, à Hong Kong. © Reuters Une affiche à la gloire de Xi Jinping, le 30 juin, à Hong Kong. © Reuters

Le régime communiste chinois mène une guerre de l’information visant à discréditer le mouvement de protestation à Hong Kong. Cherchant à imposer l’image d’un consensus régnant en Chine sur cette crise, Pékin adopte notamment un discours musclé vis-à-vis des médias étrangers. Explications.

A Hong Kong, une première concession de la cheffe de l’exécutif

Par
L'intervention télévisée de Carrie Lam, le 4 septembre 2019. © Reuters L'intervention télévisée de Carrie Lam, le 4 septembre 2019. © Reuters

La cheffe de l’exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, a annoncé mercredi 4 septembre le retrait pur et simple de son projet controversé d’extradition vers la Chine pour tenter de mettre fin à l’une des crises politiques les plus graves depuis la rétrocession en 1997. Elle rejette cependant les autres revendications, en particulier la création d’une commission d’enquête indépendante sur les violences policières.

Hong Kong reste incontournable pour l’économie chinoise

Par Margot Clément
Des barricades en feu lors de la manifestation du 31 août à Hong Kong. © Reuters Des barricades en feu lors de la manifestation du 31 août à Hong Kong. © Reuters

Pour faire taire la contestation, le gouvernement de Hong Kong agite le spectre d’une grave crise économique. Il est en réalité trop tôt pour le dire, mais une chose est sûre : ce territoire continue de représenter un maillon clé de la stratégie d’investissements à l’étranger des entreprises chinoises, qui profitent de son système capitaliste pour s’aligner sur les standards internationaux.

A Hong Kong, un quart de la population manifeste. Qui sont ces manifestants?

Par Margot Clément
Manifestant dénonçant les violences policières. © Reuters Manifestant dénonçant les violences policières. © Reuters

Dimanche dernier, plus de 1,7 million de personnes ont contesté l’autorité de Pékin à Hong Kong. Ils s’apprêtent à récidiver en fin de semaine à l’appel du Front civil des droits de l’homme. La moitié des manifestants se considèrent issus de la classe moyenne et 41 % sont issus des classes populaires. « Ils sont loin d’avoir tous 20 ans », constate un retraité manifestant.

Hong Kong: la Chine perd patience face aux manifestants

Par Margot Clément
Manifestants occupant l'aéroport de Hong Kong. © Reuters Manifestants occupant l'aéroport de Hong Kong. © Reuters

Pour la deuxième journée consécutive, les vols à l’aéroport de Hong Kong sont suspendus. Alors que la contestation s’amplifie, les autorités gouvernementales ont de plus en plus recours à la violence pour arrêter le mouvement. Le gouvernement chinois menace d’intervenir. Cette stratégie de la peur ne dissuade pas les manifestants, persuadés que s’ils arrêtent leur mouvement cette fois-ci, « il n’y aura pas d’autre fois ».

Jean-Philippe Béja: «C’est tout le ressentiment à l’égard de la reprise en main de Xi Jinping qui s’exprime à Hong Kong»

Par
Une affiche déchirée de Carrie Lam, la cheffe de l'exécutif, à Hong Kong le 5 août 2019. © Reuters/Eloisa Lopez Une affiche déchirée de Carrie Lam, la cheffe de l'exécutif, à Hong Kong le 5 août 2019. © Reuters/Eloisa Lopez

Au lendemain d'une grève générale à Hong Kong – une première depuis plus de cinquante ans sur l’archipel –, entretien avec l’universitaire Jean-Philippe Béja, pour comprendre la spécificité de ce mouvement populaire et le bras de fer avec Pékin.

Hong Kong paralysée par sa première grève générale en cinquante ans

Par
À Hong Kong, lundi 5 août 2019. © Reuters/Kim Kyung-hoon À Hong Kong, lundi 5 août 2019. © Reuters/Kim Kyung-hoon

Une grève générale a paralysé Hong Kong ce lundi, sur fond d’affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. L’archipel vit sa plus grave crise politique depuis sa rétrocession par Londres en 1997.

A Hong Kong, les mobilisations attisent le sentiment régional

Par Margot Clément
Lors des manifestations du 21 juin 2019 à Hong Kong. © Reuters Lors des manifestations du 21 juin 2019 à Hong Kong. © Reuters

Les mobilisations massives qui agitent Hong Kong, pour demander l’annulation d’un projet de loi autorisant l’extradition vers la Chine, réveillent parfois un sentiment anti-chinois très vif, et risquent de renforcer les mouvements indépendantistes. Ceux-ci se font discrets pour éviter la répression. Pour l’instant, du moins.

A Hong Kong, «c’est le combat de la dernière chance»

Par Margot Clément
Manifestation historique dimanche 16 juin à Hong Kong. © Reuters Manifestation historique dimanche 16 juin à Hong Kong. © Reuters

La cheffe du gouvernement de Hong Kong, Carrie Lam, a de nouveau présenté mardi ses excuses, mais n’a toujours pas annoncé l’abandon officiel du projet d’extradition vers la Chine. Cette réforme a servi de catalyseur aux colères d’une population qui est massivement descendue dans les rues.

A Hong Kong, l’opposition remporte une première victoire

Par Margot Clément
Deux hommes dans un restaurant à Hong Kong regardent l'intervention télévisée de la cheffe de l'exécutif Carrie Lam, annonçant le retrait du texte de loi prévoyant l'extradition vers la Chine, le 15 juin 2019. © REUTERS/Thomas Peter Deux hommes dans un restaurant à Hong Kong regardent l'intervention télévisée de la cheffe de l'exécutif Carrie Lam, annonçant le retrait du texte de loi prévoyant l'extradition vers la Chine, le 15 juin 2019. © REUTERS/Thomas Peter

Alors que les manifestations massives ne cessaient de croître, et que les violences policières laissaient craindre une radicalisation du mouvement, la cheffe de l’exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, a finalement choisi samedi de retirer le texte de loi autorisant les extraditions vers la Chine. Mais la renaissance du mouvement civique hongkongais pourrait se prolonger.

Manifestation monstre à Hong Kong contre un projet d’extradition vers la Chine

Des centaines de milliers de personnes ont défilé dimanche contre un projet de loi qui faciliterait le transfert de suspects vers la Chine continentale.

Tous les articles