«Le coup d'Etat en Turquie n'était pas contrôlé dès le début»

Par

Le chercheur Jean-François Pérouse a vécu depuis Istanbul la tentative de coup d'État, et la pression qui a suivi. Il ne tient pas pour autant à « diaboliser » les « forces sociales » au sein de l’AKP, le parti du président turc, qui ne verseront pas si facilement, pense-t-il, dans la propagande en faveur d’un État autocratique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour Jean-François Pérouse, chercheur spécialiste de la Turquie, il est fort peu probable que le président turc Recep Tayyip Erdogan ait lui-même organisé la tentative de coup d’État de vendredi pour renforcer sa légitimité, comme plusieurs articles le suggèrent ce lundi dans la presse internationale. Directeur de l’Institut des études anatoliennes d’Istanbul, auteur avec notre collaborateur Nicolas Cheviron du livre Erdogan, Nouveau Père de la Turquie ?, paru cette année (éditions François Bourin), le chercheur Jean-François Pérouse a vécu depuis Istanbul la tentative de coup d'État, et la pression qui a suivi.