Après la chute de Kaboul, les Européens tétanisés à l’idée d’une répétition des arrivées de Syriens de 2015

Par

Les ministres des affaires étrangères des 27 ont jugé prioritaire l’évacuation des derniers ressortissants européens à Kaboul, lors d’une réunion d’urgence consacrée à la crise afghane.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sans illusions, Angela Merkel avait annoncé la couleur, lors d’une conférence de presse berlinoise mardi après-midi aux côtés de son homologue estonienne : « C’est un point faible de notre Union, qu’elle ne dispose pas de politique d’asile commune, et nous devons continuer à y travailler fermement. » Et la chancelière chrétienne-démocrate d’euphémiser : « Nous savons qu'une position européenne commune [sur l’accueil des migrants - ndlr] ne sera pas facile à atteindre. »