Apple et la NSA relancent le grand débat sur le chiffrement

Par

Apple refuse de donner accès à l’iPhone de l’auteur de la tuerie de San Bernardino, comme l’exige l’Etat américain. Le chef de la NSA affirme que les attentats de Paris n’auraient pas eu lieu sans les applis cryptées. On vous explique pourquoi même Google est du côté de la pomme.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Et revoilà le débat sur le chiffrement des communications dans la lutte contre le terrorisme. Le cryptage des données, qu’il s’agisse des messages eux-mêmes ou d’un verrouillage général d’un smartphone, revient régulièrement sur le tapis comme l’obstacle à l’avancée des enquêtes. Mardi, une juge de Californie, saisie par le ministère de la justice américain, a enjoint à Apple d’apporter son assistance au FBI pour débloquer l’iPhone d’un des auteurs de l’attaque de San Bernardino, qui a fait 14 morts en décembre. La juge ordonne ainsi  :