Pillages, exactions et déplacements de population: le triste bilan de l’occupation turque à Afrin

Par

Au moment où la Turquie se dit prête à envahir le nord-est de la Syrie pour en chasser l’administration autonome kurde qui la gouverne, témoins et ONG dressent un sombre bilan de la précédente intervention turque en territoire syrien, il y a un an, à Afrin. L’enclave kurde est désormais occupée par les troupes d’Ankara et divers groupes armés syriens.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Istanbul (Turquie), de notre correspondant.– Depuis plusieurs mois, le président turc Recep Tayyip Erdogan promet une intervention militaire imminente contre la région kurde syrienne du Rojava, dont il accuse les dirigeants d’avoir partie liée avec les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), considérés par Ankara et de nombreuses autres capitales comme une organisation terroriste.