La pandémie peut-elle bouleverser l’ordre international?

Par

La lutte planétaire contre le coronavirus ne signifie pas la fin des rivalités entre grandes puissances. Mais l’épidémie pourrait hâter le déclin relatif des États-Unis, le désarroi stratégique des Européens et l’influence croissante de la Chine. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans le monde d’après, est-ce la Chine qui gagne à la fin ? Depuis les commencements de l’épidémie de Covid-19 jusqu’à aujourd’hui, le retournement de son image a été spectaculaire sur la scène internationale. En début d’année, les journaux s’interrogeaient sur la fragilisation de la légitimité du Parti-État communiste. Non sans raison, tant un épisode comme la mort du lanceur d’alerte Li Wenyang, début février, avait suscité un émoi populaire sans précédent depuis de longues années. « À ce moment-là, témoigne l’universitaire Nathan Sperber, le niveau de mécontentement risquait vraiment de déborder. »