Même si Jean-Yves Le Drian a fait ses valises pour le Quai d’Orsay, l’ombre du Breton, qui fut l’inamovible ministre de la défense de François Hollande, avant d’être l’une des plus grosses prises de guerre du candidat Macron durant la campagne électorale, devrait continuer de planer au-dessus du désormais ministère des armées.