L’Arabie saoudite, un régime criminel

Le prince héritier Mohammed ben Salmane et le Royaume qu’il dirige de facto bénéficient depuis longtemps de la mansuétude des démocraties occidentales. Mais après le meurtre de Jamal Khashoggi, il est impossible d’ignorer la nature profonde du régime.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

En chimie, on appelle cela un précipité. Cela se produit lorsque la modification de la concentration de différents liquides ou l’adjonction d’un élément étranger « précipite » la formation d’éléments solides. L’affaire Khashoggi, qu’il faut sans doute appeler plus justement l’assassinat de Jamal Khashoggi, est un précipité qui révèle aux yeux de tous la véritable nature de la monarchie saoudienne sous la conduite du prince héritier Mohammed ben Salmane, et qui ne doit plus être ignorée par ses clients et partenaires occidentaux : celle d’un régime criminel.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal