Vente à la découpe des joueurs: comment contourner l'interdiction

Par Michael Hajdenberg, Michel Henry, Yann Philippin

Depuis mai 2015, un fonds d'investissement ne peut plus en théorie acheter des bouts de joueurs sur lesquels il spécule. Mais la nouvelle réglementation n'est pas stricte : agents et investisseurs ont déjà exploré les mille façons de la contourner.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On saluera la franchise de Jeff Shi, directeur général du conglomérat chinois Fosun, quand il explique à Carlos Osorio, l'avocat préféré de Jorge Mendes, pour quelle raison il approche le club portugais de Rio Ave : « Nous espérons utiliser le club comme un moyen pour faire de la TPO [Third Party Ownership – ndlr] avec Jorge » Mendes, le super-agent portugais. Clair, net, précis, et mal venu. Car, quand Jeff Shi écrit ce mail le 10 février 2016, la « tierce propriété », qui permet à un tiers autre que des clubs de détenir des parts d'un footballeur, est interdite par la FIFA, depuis mai 2015 (voir sous l'onglet Prolonger).