Le virus foudroie l’Inde, Narendra Modi accusé de laxisme

Par

Les hôpitaux sont submergés par une impitoyable deuxième vague alors qu’un variant plus contagieux se répand. Le parti BJP, qui a laissé faire d’immenses rassemblements sans précautions, est sous le feu des critiques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bangalore (Inde).– Des lits, du personnel, de l’oxygène, des médicaments et même des places dans les crématoriums et cimetières : en quelques semaines, tout s’est mis à manquer à Bangalore. « On croule sous les patients et cela ne va faire qu’empirer car il n’y a plus de quarantaine, plus de traçage des contacts, plus de centre d’isolement », décrit le docteur Taha Mateen, directeur de l’hôpital HBS. En mars, tous ses lits étaient vides.