Le virologue Etienne Decroly: «Il faut analyser la question de l’accident de laboratoire»

Par

Les recherches sur les origines du coronavirus, d’abord centrées sur une source animale, ont jusqu’ici échoué. La thèse de l’accident de laboratoire, nourrie par des révélations sur des travaux scientifiques cachés par les Chinois, gagne en crédibilité. Les explications du directeur de recherche Étienne Decroly (CNRS).

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Début 2021, une mission conjointe entre l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et la Chine a enquêté sur les origines du coronavirus. Son rapport, rendu fin mars 2021, juge « hautement improbable » la thèse de l’accident de laboratoire. Au lieu de clore le débat, le rapport l’a ravivé, de nombreux experts pointant les faiblesses de l’enquête et le manque de transparence des Chinois. Le directeur générale de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus a immédiatement demandé, le 31 mars, des « études supplémentaires », soulignant que « toutes les hypothèses restent sur la table ». Il aussi critiqué « le manque d’accès aux données brutes autorisé par les autorités chinoises ». Dans le journal Science, des scientifiques de haut niveau ont appelé, le 14 mai dernier, à examiner la possibilité d’une fuite de laboratoire, au même titre que celle d’une origine naturelle.