Pegasus : une enquête ouverte à Paris, le début d’un long chemin devant la justice

Grâce aux révélations de Forbidden Stories, une partie des victimes d'espionnage peuvent porter plainte et déclencher des enquêtes. Si l’attente de réparation est légitime, des procédures antérieures témoignent de l’impunité de NSO et de ses clients.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Réunir des preuves. Identifier les responsables. Savoir quel tribunal saisir, quelle procédure suivre. Dans le monde entier, les victimes de l’espionnage ciblé mis en place par une dizaine d’États via le logiciel-espion « Pegasus », commercialisé par le marchand de surveillance israélien NSO, sont confrontées aux mêmes questions : comment obtenir réparation lorsque le contenu intégral de son téléphone a pu être piraté par des autorités gouvernementales, fouillé, copié voire transmis à des tiers, grâce aux moyens fournis par une entreprise privée ? 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal