Avec les folies de son ancien premier ministre, l’Australie découvre les failles de sa démocratie

L’ex-premier ministre conservateur Scott Morrison s’était attribué cinq portefeuilles ministériels importants en toute discrétion. Il explique à présent avoir eu besoin de mettre en place « des garde-fous » au cours d’une période « extraordinaire ». Mais comment cela a-t-il pu être possible ? L'affaire questionne la sécurité de la démocratie australienne.

Léo Roussel

20 août 2022 à 17h20

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Sydney (Australie).– Son mandat de premier ministre avait pris fin en mai dernier, après une défaite lors des élections législatives au profit des travaillistes. Depuis, l’ex-chef de file de la Coalition libérale nationale, Scott Morrison, au pouvoir entre 2018 et mai 2022, s’était plutôt fait discret.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal