Mexique: la «caravane des migrants» se heurte au mur des Etats-Unis

Par Marie-Pia Rieublanc

Éreintés par la fatigue, la faim et, pour beaucoup, la grippe, quelque 2 500 migrants partis du Honduras mi-octobre sont arrivés à Tijuana, ville frontière entre le Mexique et les États-Unis. Fuyant les gangs et la violence, très peu d'entre eux sont au courant de ce qui les attend. Vendredi, l'armée américaine a doublé le mur d'une rangée de barbelés et lundi, pour la première fois à Tijuana, 500 personnes ont défilé contre les migrants.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tijuana (Mexique), de notre envoyée spéciale. - Sur la plage de Tijuana, Enni observe avec dépit les barbelés entourant les poteaux de fer rouillé qui séparent le Mexique des États-Unis. Les soldats américains les ont posés vendredi dernier, après l’arrivée dans cette ville frontalière des premiers membres de la « caravane » de plus de 7 000 migrants sortie mi-octobre du Honduras, dont la jeune femme de 27 ans fait partie.