Trump annonce le retrait des Etats-Unis de Syrie: la Russie, l’Iran et la Turquie se frottent les mains

Par

En prenant tout le monde de court avec l’annonce d’un retrait total des soldats américains de Syrie dans les trois mois, estimant la victoire acquise, le président américain lâche ses alliés kurdes, irakiens et israéliens, alors que l’État islamique peut ressurgir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En annonçant le retrait, dans les trois prochains mois, des troupes américaines en Syrie (environ 2 000 soldats), Donald Trump a envoyé une onde de choc dans la géopolitique du Moyen-Orient. C’est une vraie secousse, car les conséquences de cette décision semblent favoriser le régime de Bachar al-Assad, la Russie, l’Iran et la Turquie, au détriment des alliés des États-Unis que sont les Kurdes syriens et irakiens, l’Irak et Israël. C’est une nouvelle illustration que la diplomatie à la mode Trump reste imprévisible et éloignée des choix de politique étrangère américaine du dernier demi-siècle.