En Ukraine, les espions russes ne sont pas à la fête

À l’occasion de la « journée du tchékiste », Mediapart a interrogé une quinzaine d’agents ou chercheurs pour comprendre pourquoi les services de renseignement russes sont tenus en échec en Ukraine. Des ratés devenus récurrents ces dernières années. Le mythe du KGB a-t-il vécu ?

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Igor Nikolaïevitch Kovalenko a besoin d’un logement. Vite et bien situé. En ce mois de février 2022, celui qu’une organisation non gouvernementale ukrainienne présente comme le chef du bureau 9 au sein du département des informations opérationnelles (DOI) du FSB, l’héritier du KGB, doit s’assurer que le gouvernement fantoche prévu soit bien aux manettes de l’Ukraine quand l’armée russe aura atteint Kyiv. Il ne faut donc pas traîner.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal