L’Europe regarde l’Ukraine s’enfoncer dans le chaos

Par

L'Europe assiste, impuissante et quasi muette, à une deuxième révolution en Ukraine. Alors que celle-ci menace de déboucher sur des affrontements violents et que le régime de Ianoukovitch, fort du soutien de Poutine, refuse toute ouverture, l'Union européenne a décidé qu'il était urgent d'attendre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Nous avons besoin de votre aide ! » Lundi soir, après presque deux jours d’affrontements avec la police, quelques centaines de manifestants se sont rendus devant l’immeuble de la délégation de l’Union européenne, à Kiev. Appels à l'aide, banderoles, slogans. « Pas de sanctions, pas de paix ! » ont crié les manifestants demandant aux gouvernements européens de prendre des mesures de rétorsion contre le régime ukrainien : par exemple, geler les avoirs bancaires et priver de visas un certain nombre de dirigeants et les oligarques/hommes d'affaires qui les soutiennent.