Mardi: le dictateur promet la mort aux insurgés

Par et

Dans un discours télévisé, Kadhafi a promis la foudre et «la peine de mort» aux manifestants qui contrôlent plusieurs villes du pays. Pas question de se retirer pour le dictateur: la répression du pouvoir aurait fait plus de 200 morts.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En Libye, le «leader de la révolution», comme se définit Mouammar Kadhafi, a prononcé un discours d'environ une heure. Il a clamé qu'il ne démissionnerait pas et se «battrait jusqu'à la dernière goutte de sang». Il a menacé les manifestants et insurgés de la peine de mort et annoncé qu'il utiliserait la force pour réduire la rébellion. L'organisation de défense des droits de l'Homme, Human Rights Watch (HRW), dénombre au moins 62 personnes tuées à Tripoli depuis dimanche. Kadhafi a condamné également les puissances occidentales, accusées d'encourager les manifestants. Des tirs ont été entendus dans la capitale. Le pays vient d'être suspendu de la Ligue arabe. Et le conseil de sécurité de l'ONU, réuni en urgence, a demandé «la fin immédiate» des violences. Plusieurs villes de l'est du pays demeurent sous le contrôle des insurgés.