Kosovo: la Russie joue le pourrissement diplomatique

Par

Opposée à l'indépendance du Kosovo, la Russie utilise toutes les armes diplomatiques et politiques à sa disposition pour retarder la mission de l'Union européenne dans l'ancienne province serbe. Au risque de raviver les braises toujours chaudes des Balkans.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.


Au fur et à mesure que les pays reconnaissent l’indépendance du Kosovo, la Serbie et son alliée russe voient rouge. Derniers en date, la Croatie, la Hongrie et la Bulgarie, qui ont choisi de faire une déclaration commune pour annoncer leur décision. Parmi ces trois pays voisins de la Serbie, c’est l’annonce de Zagreb, ancienne ennemie jurée, en guerre avec Belgrade entre 1991 et 1995, qui inquiète le plus.