Yoaní Sánchez : «Le régime cubain a une peur panique d'Internet»

L'île va-t-elle enfin sortir de son isolement informatif ? Pour 90% des Cubains, la seule source d'information est encore officielle. Pour les autres, l'accès à Internet est cher, lent et contrôlé. Rencontre avec Yoaní Sánchez, blogueuse presque sans connexion, qui raconte sans concession ce qu'est la vie quotidienne sous le régime Castro.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Cuba, Raphaël Morán.-  Se connecter à Internet à Cuba relève de l'exploit. Ou du sacrifice financier. Une connexion publique, uniquement possible dans les hôtels, coûte entre 4 et 7 euros de l'heure. Et il faut s'armer de patience car le haut débit n'existe pas. Cuba est un pays où le doux bruit du modem 56K résonne encore. Longtemps, les autorités cubaines ont justifié le piètre état du réseau par l'embargo américain. Ne pouvant se connecter aux câbles sous-marins qui passent pourtant à quelques kilomètres des côtes cubaines, l'île accède à Internet en passant par le satellite. Ce qui limite considérablement la bande passante: elle est rare et chère.