En Italie, l'extrême droite impose son agenda

Par

Responsable de l’exil forcé de l’Aquarius, le ministre italien de l’intérieur Matteo Salvini a également promis de recenser les Roms, d’expulser 500 000 clandestins et de réduire drastiquement les budgets dédiés aux migrants. Des mesures souvent irréalisables mais qui risquent de détruire durablement le système d’accueil italien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Fichage des Roms, expulsions massives, réduction des budgets : depuis son arrivée au gouvernement, le ministre de l'intérieur Matteo Salvini multiplie les déclarations sur sa future politique migratoire. Des mesures qui sont, pour beaucoup, irréalisables en l'état, mais qui saturent déjà le débat public italien. Il est accusé de favoriser les agressions racistes, qui se multiplient dans le pays.