Après la découverte d’un missile en Italie: en Europe, le risque d’attaque d’extrême droite reste élevé

Par Nicolas Lebourg

L’arrestation d’une cellule néonazie italienne armée, détentrice d’un missile qatari, fait suite à une série d’événements en Europe qui mettent en lumière la radicalisation de certains extrémistes de droite. Si les groupuscules les plus radicaux apparaissent en déclin, le risque d’attaque violente reste élevé sur le continent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La radicalité de droite est à un moment charnière en Europe. De prime abord, elle paraît en croissance. Mais que l’on parle de poids politique ou de violences, le constat est en fait plus nuancé. Avec un paradoxe : raisonner cette progression n’amène pas à minimiser l’importance du risque sécuritaire posé par cette mouvance, bien au contraire. Alors qu'une perquisition chez une cellule néonazie italienne armée a permis de découvrir un missile qatari, plusieurs rapports qui viennent de paraître éclairent un moment où la menace terroriste d'extrême droite est en pleine structuration.