Pourquoi les Erythréens fuient en masse leur pays

Par

En arrachant son indépendance en 1993 après trente ans de guerre, l’Érythrée est devenue l’un des plus jeunes pays au monde. Deux décennies plus tard, ce petit pays de la Corne de l’Afrique produit l’un des principaux contingents de migrants au monde. Chaque mois, plus de cinq mille personnes fuient le pays. Explications.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre correspondant à Addis-Abeba (Éthiopie). - L’Érythrée est sans doute le seul pays dont la population fuit le progrès. C’est en tout cas ce qu’affirme implicitement un rapport du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), publié en 2014. L’entité onusienne s’y félicite que ce petit pays de la Corne de l’Afrique ait atteint plusieurs « Objectifs du millénaire », ces aiguillons onusiens en matière de développement. Ainsi, en deux décennies d’indépendance, l’Érythrée aurait réduit des deux tiers la mortalité infantile, divisé par quatre la mortalité maternelle et maintenu « un niveau exceptionnellement bas » des taux de prévalence du VIH et de la tuberculose. De quoi faire de l’Érythrée, toujours d’après le PNUD, « une vitrine des succès en matière de santé ».