Carte blanche aux services secrets allemands

Par

Malgré le « scandale de la NSA », le Bundestag a voté ce vendredi une loi qui étend les prérogatives des services de renseignement extérieurs (BND) et légalise les pratiques antérieures. Elle doit aussi autoriser les écoutes des citoyens étrangers, qu’ils soient journalistes ou avocats. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sous couvert de lutte contre le terrorisme et de mise en conformité avec le droit et la Constitution, le Bundestag a voté vendredi 21 octobre une loi qui va très largement étendre les capacités d’écoute du BND, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur des frontières. La nouvelle loi renforcera aussi les possibilités de collaboration entre les différents services de renseignement allemands et leurs « partenaires » étrangers. Pour faire bref, ce qui était interdit hier sera autorisé demain. Pour de nombreux citoyens, experts et députés de l’opposition, cette loi bafoue les enseignements tirés du « scandale de la NSA », où l’on a vu à l’œuvre la tendance quasi naturelle des services secrets à vouloir s’affranchir des règles et des lois.