Mazen et Patrick, deux Franco-Syriens torturés à mort dans les geôles syriennes

Par

Trois mandats d’arrêt internationaux viennent d’être émis contre des proches de Bachar al-Assad, responsables de la détention en 2013 et de l’assassinat de l’ancien conseiller pédagogique du lycée français de Damas et de son fils.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Des huit grands services de sécurité syriens, le plus cruel et le plus puissant, c’est Idarat Al-Moukhabarat Al-Jawiyya, l’agence de renseignement de l’armée de l’air qui fut fondée par le défunt président Hafez al-Assad en personne. Ce 3 novembre 2013, vers 23 heures, ce sont des hommes de cet organe qui font irruption dans la maison de la famille Dabbagh, dans le quartier de Mezzeh, à Damas. Ils sont venus en nombre : une bonne dizaine. Ils viennent chercher Patrick, 19 ans, un étudiant en seconde année de lettres. À ses parents, ils disent simplement de ne pas s’inquiéter et qu’il reviendra vite. Ils s’emparent du téléphone portable, de l’ordinateur et des clés USB du jeune homme.