Allemagne: grimé en Hitler sur Facebook, le leader du mouvement anti-islam Pegida se retire

Par

La justice a lancé une enquête pour « incitation à la haine ».

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Pas de chance pour Lutz Bachmann : le leader de Pegida (Patriotes européens contre l'islamisation de l'Occident), ce mouvement anti-islam à succès né à Dresde, avait laissé traîner sur son profil Facebook une photo de lui coiffé et rasé comme Adolf Hitler. Lui qui ne cesse de se défendre de diriger un parti raciste et respectable a dû faire amende honorable hier et se retirer en catastrophe de la présidence de ce mouvement anti-immigrés qu'il a lui-même créé.

La photo avait été publiée mercredi par le quotidien populaire Bild. On y voit Bachmann, petite moustache et cheveux plaqués sur le côté comme l'ancien chancelier nazi. En commentaire, il traite les étrangers de « bétail » et de « bâtards ». La justice a lancé une enquête pour « incitation à la haine ».

Bachmann, qui a expliqué avoir fait ce cliché « chez le coiffeur », à l'occasion de la sortie d'un film satirique sur Hitler, a dû se retirer en catastrophe de la direction du mouvement. Une casserole de plus pour Bachmann, natif de Dresde (est), condamné pour plusieurs délits à trois ans et huit mois de prison, extradé après une fuite en Afrique du Sud, et à nouveau condamné pour détention de cocaïne. Il est actuellement en liberté conditionnelle.

Ces derniers mois, Pegida, qui n'hésite pas à reprendre des slogans utilisés par les nazis, a surpris l'Allemagne par le succès de ses manifestations, organisées au départ chaque lundi par Bachmann, dans sa ville de Dresde, en référence aux manifestations hebdomadaires qui avaient précédé dans l'ex-RDA la chute du mur de Berlin, en 1989.

Le 12 janvier, selon la police, 25 000 personnes avaient participé à la manifestation de Dresde. Ils étaient 15 000 à Leipzig, autre ville de l'est, mercredi 19 janvier, réunis à l'appel de Legida, la branche locale du mouvement. Après les attentas de Paris, plus de 100 000 personnes ont défilé contre Pegida en Allemagne. Lundi 19 janvier, ils étaient 20 000. Angela Merkel a ouvertement pris parti contre Pegida, mouvement incitant « à la haine » d'après elle, manifestant dans la rue avec des organisations musulmanes.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous