Un avocat anticorruption visé par un mandat d’arrêt fantaisiste

Par

Me William Bourdon, président de l’association Sherpa, fait l’objet de fausses accusations lancées par la Guinée équatoriale en représailles à sa plainte, qui avait débouché sur le procès du vice-président Teodoro Obiang à Paris.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Blanchiment de capitaux, et financement de terrorisme. Ce sont les graves infractions que la justice équatoguinéenne reproche à seize personnes, dont l'avocat français William Bourdon, président de l'association anticorruption Sherpa (on peut lire ici le communiqué de la Guinée équatoriale).