Le jour où l’Europe a fermé ses portes aux Syriens

Par

Entré en vigueur dès dimanche, l'accord conclu entre les Vingt-Huit et Ankara revient à déléguer la politique d'asile de l'Union européenne à la Turquie. En refusant d'accueillir davantage de réfugiés, l'Europe renie sa mission fondatrice d'hospitalité à l'égard des personnes persécutées.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’Europe vient donc de jeter par-dessus bord les valeurs d’hospitalité et de respect des droits de l’homme sur lesquelles elle s’est construite après la Seconde Guerre mondiale. L'accord que les Vingt-Huit ont conclu avec la Turquie le 18 mars à Bruxelles vise à « tarir » les arrivées de réfugiés sur les côtes de l’Union européenne (UE). Entré en vigueur deux jours après sa signature pour éviter tout « appel d’air », selon ses promoteurs, il nie fondamentalement les principes inscrits dans la Convention de Genève de 1951.