Le coronavirus, «un boomerang qui nous revient dans la figure»

Par et

La pandémie de Covid-19 est-elle liée à la déforestation et aux destructions d’écosystèmes ? Des liens existent, même s’ils sont parfois indirects, selon les chercheurs. L’extension des monocultures contribue à façonner un monde propice à la diffusion de ce type de virus.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quels liens peuvent bien exister entre un virus infiniment petit et l’immense chaos du monde ? L’épidémie actuelle (plus de 11 200 personnes décédées et 270 000 cas recensés de par le monde, dimanche 22 mars au matin) est causée par un virus identifié en 2019, d’où l’appellation « Covid-19 » pour désigner la pathologie qu’il cause (« d » pour disease, la maladie). L’agent pathogène lui-même est composé d’un long ARN, son code génétique, qui est entouré de protéines. Observé au microscope électronique, il présente une forme de couronne, d’où le choix de nommer cette famille « corona », les virus à couronne – il en existe de nombreuses espèces. Il ne peut vivre que s’il s’accroche à une cellule vivante, avant d’y pénétrer, par exemple dans la gorge, le nez ou les poumons d’un être humain.