En Arabie saoudite, « être féministe est un danger » qui mène en prison

En Arabie saoudite, le féminisme est le mouvement le plus « bruyant » ces dernières années, et il est donc le plus réprimé, explique à Mediapart Lina al-Hathloul, sœur de la militante féministe Loujain, emprisonnée durant près de trois ans pour avoir défendu le droit des femmes à conduire, et toujours bâillonnée par le régime saoudien, malgré sa libération. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le 10 février dernier, Loujain al-Hathloul était libérée après presque trois ans de prison. La militante féministe saoudienne croupissait derrière les barreaux depuis mai 2018 pour avoir notamment réclamé le droit des femmes à conduire une voiture en Arabie saoudite. Loujain al-Hathloul est de retour parmi les siens mais elle n’est pas libre. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal