A Bruxelles, des gauches en quête du «scénario manquant» pour l’Europe

Par

Alexis Tsipras, Benoît Hamon et d’autres responsables des gauches européennes ont débattu mercredi pour imaginer les contours d’une alliance à l’échelle du continent. Dans leur viseur, les élections européennes de 2019.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bruxelles (Belgique), de notre envoyé spécial.-  Benoît Hamon ne s’est pas privé d’un trait d’humour pour se mettre l’audience dans la poche. Mais cette « plaisanterie », selon son mot, en a sans doute fait rire jaune plus d’un, dans la salle : « Lors de ma campagne présidentielle, nous avons anticipé ce que nous voulons faire au niveau européen [avec une alliance entre sociaux-démocrates et écologistes – ndlr], et l’on peut, c’est vrai, se poser la question de l’efficacité », a-t-il ironisé, lui qui a remporté 6,3 % des voix en avril.