Kemal Kiliçdaroglu: «Nous devons entrer en résistance face à une situation de coup d’Etat»

Par

Kemal Kiliçdaroglu, chef du principal parti turc d’opposition, s’est inspiré de Gandhi pour lancer une « Marche de la justice »  entre Ankara et Istanbul. Son objectif : dénoncer un régime de plus en plus autoritaire .

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Kahraman Kazan (Turquie), envoyé spécial.– Leader depuis 2010 du principal parti turc d’opposition, le Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate), Kemal Kiliçdaroglu a pris jeudi 15 juin la tête d’une « Marche de la justice » d’Ankara à Istanbul, pour protester contre la condamnation du député CHP Enis Berberoglu à 25 ans de prison et contre la déliquescence généralisée de l’État de droit en Turquie. Rencontré à 60 km de la capitale, le politicien de 68 ans accuse le régime du président Recep Tayyip Erdogan d’avoir réalisé un coup d’État institutionnel après l’échec d’une tentative de putsch militaire le 15 juillet 2016. Il confie son espoir de réveiller les consciences avec cette initiative inédite dans son pays.