Le sommet de la francophonie réactive l'hostilité envers la France

Par

Madagascar, cinquième État le plus pauvre du monde, accueille, du 22 au 27 novembre, le sommet de la Francophonie. Si cet événement permet de replacer le pays sur la scène internationale, il est très critiqué à Antananarivo, la capitale, où la langue française est de moins en moins parlée et la France considérée comme une puissance hostile.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyée spéciale à Madagascar. - Deux nouvelles routes, des coups de pinceau donnés ici et là, une extension pour le tarmac de l’aéroport, un centre de conférences doté d’un hôtel, un fort déploiement policier et militaire… La capitale de Madagascar, Antananarivo, a été en partie « relookée », parfois à la va-vite, pour accueillir cette semaine le 16e sommet de la Francophonie, grand raout organisé tous les deux ans par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Au moins 3 000 personnes de 80 pays sont attendues, dont une trentaine de chefs d’État – le président français François Hollande sera là.