La France remet un chef de milice "antibalaka" à la CPI

Par
Les autorités françaises ont remis Patrice-Edouard Ngaïssona, soupçonné d'avoir dirigé les milices chrétiennes "antibalaka" en République centrafricaine, à la Cour pénale internationale (CPI), annonce l'institution dans un communiqué.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

LA HAYE (Reuters) - Les autorités françaises ont remis Patrice-Edouard Ngaïssona, soupçonné d'avoir dirigé les milices chrétiennes "antibalaka" en République centrafricaine, à la Cour pénale internationale (CPI), annonce l'institution dans un communiqué.