Liban: deux jeunes filles violées par leur père portent plainte

Par

Un tabou vole en éclats au Liban : les FSI (Forces de sécurité intérieure) appellent toute victime d’agression sexuelle à « rejeter la répression et ne plus se taire », relate le quotidien beyrouthin L’Orient-Le Jour.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Six ans après le début de l’horreur dans laquelle leur père les a fait vivre depuis l’âge de 14 ans à travers des violences sexuelles répétitives commises à leur encontre, deux jeunes filles ont osé libérer leur parole et porter plainte contre lui auprès de la police judiciaire de Tripoli, dans le nord du Liban, « brisant ainsi un tabou bien ancré dans une société archipatriarcale », note le quotidien de Beyrouth.