En Catalogne, les dirigeants indépendantistes sont soit en prison, soit en exil

Par

La justice espagnole a envoyé en prison ce vendredi Jordi Turull et d'autres de ses collègues indépendantistes. Ce député semblait pourtant sur le point d'être investi samedi à la présidence de la Catalogne. Face à cette offensive inédite de la justice, la stratégie des indépendantistes patine.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Trois mois après les élections du 21 décembre en Catalogne, le bloc indépendantiste, sorti majoritaire des urnes, peine toujours à investir un président pour cette région de 7,5 millions d’habitants. L’offensive de la justice espagnole, d'une ampleur inédite, ne cesse d’entraver ses plans et d'affaiblir le camp des « indepe », tandis que les critiques s'intensifient sur le non-respect de l'État de droit en Espagne.