Les indépendantistes catalans emportent la majorité

Par

Favorable à l’unité de l’Espagne, Ciudadanos est arrivé en tête. Mais le camp indépendantiste reste majoritaire et Carles Puigdemont, exilé à Bruxelles, est le grand vainqueur de la soirée. Rien ne dit pourtant qu’il pourra être investi à la tête du prochain gouvernement. Pour Rajoy, c’est une claque sans précédent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mariano Rajoy a lourdement échoué. Les élections anticipées du 21 décembre ont redonné une majorité au bloc indépendantiste (70 sièges sur 135), grâce à une performance bien plus solide qu’attendu de la formation Ensemble pour la Catalogne de Carles Puigdemont (34 sièges). Aux alentours de minuit depuis Bruxelles, où il vit en exil depuis fin octobre, le President destitué a lancé : « La République catalane l’a emporté sur la monarchie du 155 », en référence à l’article 155 de la Constitution espagnole, qui a permis à Madrid de placer la Catalogne sous tutelle, et suspendre son exécutif régional.