En Guinée, l’ami de Sarkozy règne en despote

Par

À Conakry, les prisonniers politiques s’entassent dans les prisons, et l’un d’eux, Oumar Sylla, se trouve en danger de mort selon ses proches. La dérive autoritaire du régime d’Alpha Condé n’a pas empêché Nicolas Sarkozy de faire un voyage express à Conakry – un de plus - et d’y rencontrer le président en tête à tête.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 6 août, au cœur de l’été, Nicolas Sarkozy a rejoint Conakry, la capitale de la Guinée, en jet privé, avant d’être reçu au palais présidentiel par Alpha Condé, avec qui il a discuté en tête-à-tête, puis de repartir aussitôt. Au même moment, Oumar Sylla, opposant emprisonné depuis plusieurs mois pour avoir osé défier le président guinéen, attendait de recevoir ses médicaments à l’hôpital, tout en espérant ne pas être à nouveau renvoyé dans sa cellule de la prison centrale de Conakry – un véritable mouroir dans lequel croupissent plusieurs dizaines de prisonniers politiques.