“Tsipras 3”, un gouvernement de fidèles prêt à reprendre les négociations

Formé mardi 22 septembre dans la continuité du précédent, avec l'allié souverainiste antiaustérité des Grecs indépendants, le nouveau gouvernement grec entérine le virage centriste et pragmatique de Syriza. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Alexis Tsipras l'a dit le soir des élections, dimanche : « Le peuple grec a donné un mandat clair pour que notre bataille continue ! » De fait, les électeurs grecs ont désigné une nouvelle assemblée assez semblable à la précédente, en dépit de son échec à sortir le pays des rails de l'austérité et à alléger le poids de la dette publique. Syriza a obtenu 145 sièges, contre 149 dans le parlement précédent. La droite conservatrice de Nouvelle Démocratie en détient 75, contre 76 en janvier. Et la plupart des autres formations apparaissent dans des proportions similaires à celles de janvier, à quelques gains ou pertes près : les néonazis d'Aube dorée conquièrent un siège supplémentaire (18), les socialistes alliés à la gauche modérée (PASOK/Dimar) progressent de quatre postes (17), les centristes de Potami en perdent six (11), les Grecs indépendants sont en recul de 3 sièges (10), le parti communiste maintient son groupe parlementaire (15 députés). Seule une formation vient bousculer le paysage, le parti populiste Union des centristes, qui depuis vingt-six ans essayait d'entrer, en vain, à la Vouli. C'est chose faite, avec 9 sièges. Ce vote antisystème vient exprimer, tout comme le vote en faveur d'Aube dorée, désormais bien ancré dans le paysage politique grec, un large désaveu de la classe politique hellène.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Violences sexuelles — Enquête
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
États-Unis
par François Bougon et Donatien Huet
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Asie
La Chine, le vrai pays de la « cancel culture »
L’arrivée au pouvoir de Xi Jinping il y a près de dix ans a été marquée par un durcissement du contrôle du débat public en Chine, en particulier sur les réseaux sociaux. Les critiques de la politique « zéro Covid » ou de la guerre déclenchée en Ukraine par l’allié russe viennent d’en faire les frais.
par François Bougon
France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Attentats du 13-Novembre : les grands entretiens — Entretien
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
L’affaire PPDA — Parti pris
L’affaire PPDA, ou tout le chemin qu’il reste à parcourir
L’affaire Patrick Poivre d’Arvor est symptomatique de la culture de l’impunité et de la tolérance sociale qui a longtemps prévalu, notamment dans les entreprises, concernant les comportements sexuels problématiques. Elle est aussi le reflet du chemin qu’il nous reste à parcourir.
par Lénaïg Bredoux et Marine Turchi

Nos émissions