Total assigné en France pour ses activités en Ouganda

Par

Le géant pétrolier français veut exploiter 400 puits de pétrole sur six champs dans un parc national protégé et construire le plus grand oléoduc du monde en Ouganda. Les populations locales sont expulsées dans des conditions dénoncées par les ONG. Celles-ci ont décidé de saisir le tribunal au nom du devoir de vigilance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après la mise en demeure, le tribunal. Mercredi 23 octobre, plusieurs ONG – les Amis de la Terre France, Survie, AFIEGO, CRED, NAPE/Amis de la Terre Ouganda et NAVODA – ont annoncé avoir saisi le tribunal afin d’assigner en référé la société mère française Total S.A. concernant ses nouvelles obligations légales créées par la loi sur le devoir de vigilance des multinationales de 2017. Cette décision fait suite à la mise en demeure, fin juin (lire notre boîte noire), du géant pétrolier français, lui demandant de réviser son plan de vigilance et de revoir sa mise en œuvre effective concernant un méga-projet pétrolier dont il est l’opérateur principal en Ouganda.