Violences sexuelles: la Belgique a un coup d’avance

Par

La Belgique a lancé des centres de prise en charge des violences sexuelles où les victimes peuvent être examinées, écoutées, et porter plainte si elles le souhaitent, raconte Libération.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Créés en Belgique il y a tout juste un an dans le cadre d’un projet pilote, des centres ultraspécialisés ont pour vocation de regrouper en un seul lieu, ouvert vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept, toutes les ressources dont une victime de violence sexuelle peut avoir besoin : médecins, psychologues, infirmières légistes ou encore policiers en civil en cas de dépôt de plainte.