En exil, les activistes hongkongais poursuivent la lutte

Par

Au Royaume-Uni, pays d’accueil de la majorité des Hongkongais qui fuient la répression, Simon Cheng est à la tête d’un groupe visant à construire un « Parlement fantôme ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Taipei (Taïwan).– « La démocratie ne peut pas s’éteindre. » C’est le message que les activistes hongkongais de l’étranger veulent faire passer à la Chine.