Majd, révolutionnaire traqué par le régime syrien et l'Etat islamique

Par

Éclipsée par la progression de l'organisation de l'État islamique, la révolution syrienne se poursuit dans le silence des médias internationaux. Voici le récit de Mohamed Majd Aldik, militant révolutionnaire échappé de la ville de Douma, en banlieue de Damas, et arrivé en France fin décembre 2014. Un témoignage de premier plan sur une révolution assiégée par le régime syrien et l’État islamique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Éclipsée par les exactions de l’État islamique (EI), la révolution syrienne se poursuit dans le silence des médias internationaux. 2015 sera pourtant une année clé pour la révolution syrienne et pour les révolutionnaires, désormais pris en tenailles entre EI et le régime de Bachar al-Assad. Arrivé le 24 décembre 2014 à Paris, Mohamed Majd Aldik est né et a grandi à Douma, en banlieue de Damas (sud-ouest de la Syrie), dans la région de la Ghoutta orientale. Âgé de 23 ans au début de la révolution, en 2011, cet étudiant en droit, qui travaillait depuis 2007 pour un programme de l’Unicef à destination des enfants, s’est engagé à fond dans la révolution.